Préparation de l’équipe et des chevaux

Les participants au spectacle de la Foire de Libramont 2013

Les participants au spectacle de la Foire de Libramont 2013

L’équipe des Ardennais belges, c’est tout simple, c’est un assemblage d’une excellente Intendance, d’une assistance technique et d’équipages de meneurs, grooms et lads, le tout coordonné et chapeauté par un Chef d’équipe et ses adjoints. La composition de l’Intendance et de l’assistance technique reste très stable au fil des années et des participations ; chacun connaît parfaitement son job. Du côté des équipages, constitué chacun d’un meneur, d’un groom, d’un lad et d’un chauffeur, appel est lancé aux meneurs d’Ardennais belges à qui leur est proposé une participation à la Route avec l’obligation de participer à 3 entraînements routiers au minimum où les temps et la condition physique des animaux sont examinés. Au niveau des spéciales, les chevaux et meneurs pressentis sont conviés, quant à eux, à des entraînements spécifiques. Chaque équipage se voit attribuer un programme de travail sur les 3 saisons précédents la course. Un régime alimentaire et ses compléments est mis au point et proposé à chaque animal.

Sélection des chevaux

Au terme de ce travail ayant pris une bonne demi-année, une dernière épreuve de sélection est organisée sur le dernier week-end du mois d’août. Les premières décisions y sont prises après le pesage et le toisage des candidats. Au cours de ce « long » week-end, une route « bis » de 24 heures est effectuée, avec tous les ingrédients composant la Route elle-même, les attelage-dételages et aussi certaines des épreuves spéciales. Et c’est au terme de ce week-end que la sélection finale et définitive a lieu.

L’Ardennais belge et ses atouts

Par notre choix de l’Ardennais à l’attelage, nous nous sommes fixés le devoir de perpétrer l’avenir d’un animal qui a connu toutes les époques. Déjà apprécié des Romains, il a servi à toutes les guerres et était recherché pour ses qualités de tractionnaire. Il est le seul à être revenu de la fameuse compagne de Napoléon qui l’a conduit jusqu’à Moscou. Mais de par les multiples réorientations qu’il a connu au siècle dernier, il s’est malheureusement épaissi et on ne peut pas dire que sa morphologie actuelle le prédispose au galop, bien qu’il n’en est pas moins un cheval très docile, intelligent et d’une grande douceur ; si bien que s’il peut paraître défavorisé dans les épreuves de route, il peut par contre se montrer à son avantage dans la plupart des épreuves spéciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>